732 Vues

Turquie : son co-détenu raconte la torture infligée à Gökhan Açikkollu

La rédactrice en chef du site Cagdas Ses, Ece Sevim Öztürk, a intervewé le médecin légiste Gürol Berber, qui partageait la même cellule que l’enseignant Gökhan Açikkollu, mort sous la torture juste après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Accusé d’être membre du Hizmet, ce mouvement initié par Fethullah Gülen, que le pouvoir considère comme le cerveau de la sédition, Açikkollu avait été réintégré, la semaine dernière, à son poste d’enseignant 18 mois après sa mort, provoquant de nombreuses réactions.

Berber a raconté sur Périscope les différents traitements que l’enseignant défunt avait dû subir. Frappé, insulté, qualifié de “traître”, Açikkollu avait été retenu 13 jours en garde à vue avant de décéder.

“Quand il est revenu en cellule après neuf heures d’interrogatoire au cours desquelles il a été battu et insulté, il était très anxieux et effrayé. Il craignait qu’ils le prennent à nouveau pour un interrogatoire. On a essayé de le consoler… Il ne pouvait pas dormir et, la plupart du temps, il était blotti dans la position fœtale. On a essayé de changer sa position, mais il revenait toujours à celle-ci”, a déclaré Berber.

Berber a raconté comment Açikkollu avait pleuré pendant 15 minutes sur l’épaule d’un co-détenu.

C’est la torture qui l’a achevé

“Ils lui demandaient sans cesse de fournir des noms. S’il avait inventé un nom, il se serait sauvé”, a poursuivi le médecin.

Açikkollu souffrait de diabète mais l’administration pénitentiaire avait refusé de lui donner ses médicaments. Berber a indiqué qu’ils étaient obligés de lui donner du sucre dans ses crises d’hypoglycémie.

Interrogé sur les circonstances de sa mort, Berber a déclaré : “Cette nuit-là, Gökhan se tenait constamment la poitrine et tremblait. J’ai entendu les autorités dire: ‘Il est mort d’une crise cardiaque, pas à cause de la torture’. Quelle absurdité ! Si une personne qui a été exposée à la torture souffre d’une crise cardiaque, la torture n’en est-elle pas la cause ?”.

Un imam qui refuse de faire la prière mortuaire

Sa famille avait été mise au courant de son décès le 5 août 2016 quand elle avait été appelée à la morgue.

Le malheur s’est acharné sur le professeur lorsque les autorités ont d’abord refusé de rendre sa dépouille au motif qu’il allait être inhumé au “cimetière des traîtres” à Istanbul. Mais la décision a vite été abandonnée.

Il a été finalement enterré à Konya mais ici, c’est l’imam de la Diyanet qui a refusé de faire la prière mortuaire, conformément à une décision de la Direction des affaires religieuses qui avait interdit à son personnel religieux de prier pour les “traîtres”.

La justice qui enterre le dossier

L’épouse de Gökhan Açikkollu se lance dans une procédure judiciaire.

L’avocat Emrah Biçer, un co-détenu, écrit un témoignage sur la torture qu’a subie l’enseignant.

La professeure de médecine légale et présidente de la Fondation des droits de l’Homme, Sebnem Korur Fincanci, produit un rapport en date du 8 janvier 2017 qui démontre qu’il est bien mort sous la torture.

Finalement, le parquet décidera de classer l’affaire. Dix-huit mois plus tard, l’enseignant sera “réhabilité”.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
542 Vues
Justice
542 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2054 Vues
Politique
2054 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
545 Vues
Politique
545 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…