1596 Vues

Turquie : la ville d’Adana interdit les enseignes en langue arabe

Le maire d’Adana, une grande ville du sud de la Turquie, a ordonné l’interdiction des enseignes en arabe des magasins, la plupart appartenant à des migrants syriens.

Les panneaux provoquent une pollution visuelle et nuisent aux efforts de protection de la langue turque, selon la municipalité. Un total de 35 magasins dans les districts de Seyhan et Yüregir ont dû changer leur devanture.

En novembre, un restaurateur d’Istanbul avait poursuivi la municipalité du district de Fatih après que le bureau du maire eut ordonné un retrait des enseignes en langue arabe. “La plupart des Arabes ne parlent pas le turc, et ils recherchent les panneaux arabes, tout comme les touristes turcs en Syrie, en Arabie Saoudite et même en Allemagne”, avait argué Nizar Bitar, le propriétaire syrien du restaurant. “Si je change d’enseigne, je perds 70 % de ma clientèle”.

Il y a environ 3,4 millions de réfugiés syriens et irakiens enregistrés en Turquie et le pays reçoit de plus en plus des touristes arabes.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
553 Vues
Justice
553 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2070 Vues
Politique
2070 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
553 Vues
Politique
553 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…