143 Vues

Affaire du pasteur américain Brunson : les signaux téléphoniques seraient une preuve de « terrorisme »

De nouveaux détails ont été publiés par l’agence de presse Anadolu concernant l’accusation d’Andrew Brunson, pasteur américain risquant 35 ans de prison et qui doit comparaître devant un tribunal turc lundi, dont des signaux émis par son téléphone portable considérés comme preuve d’activité « terroriste ».

Brunson est accusé d’avoir perpétré des crimes au nom du Mouvement Gülen et du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit, ainsi que d’avoir obtenu des secrets d’État pour espionnage politique ou militaire.

Selon l’accusation, le téléphone mobile de Brunson aurait émis 293 signaux à Konak, district d’Izmir où le portable d’un membre important du mouvement Gülen avait également émis des signaux entre le 4 avril 2011 et le 19 août 2015. Konak est le district le plus populaire et le plus visité d’Izmir.

Le procureur d’Izmir, Berkan Karakaya, exige, dans l’accusation, jusqu’à 15 ans de prison pour Brunson pour avoir commis des crimes au nom du Mouvement Gülen et du PKK, interdit, alors qu’il n’a de lien ni avec le mouvement, ni avec le parti, et jusqu’à 20 ans pour avoir obtenu des secrets d’Etat à des fins d’espionnage politique ou militaire.

L’accusation, qui requiert 35 ans d’emprisonnement pour Brunson – derrière les barreaux depuis octobre 2016 – accuse aussi le Mouvement Gülen de propager le christianisme via le dialogue interculturel.

L’avocat de Brunson, Ismail Cem Halavurt, a déclaré que le prédicateur avait été arrêté pour sa foi chrétienne selon Reuters.

« Il y a des preuves qui montrent que Brunson a été arrêté en raison de sa foi », a déclaré Halavurt à Reuters à la veille du procès, affirmant que le rôle religieux de Brunson avait été « classé comme venant en aide aux organisations terroristes ».

Halavurt a déclaré que Brunson était confronté à l’accusation « absolument sans fondement » d’avoir aidé une organisation terroriste et qu’il devrait être libéré lors de l’audience de lundi à Izmir.

Le gouvernement américain sera représenté à l’audience si le tribunal décide d’ouvrir le procès au public, a déclaré un haut responsable américain au Hürriyet Daily News sous couvert d’anonymat.

Le sénateur américain de Caroline du Nord, Thom Tillis, et l’ambassadeur itinérant des États-Unis pour la Liberté de religion dans le monde, Sam Brownback, assisteront à l’audience, a rapporté Reuters.

La Commission américaine pour la Liberté de religion dans le monde (USCIRF) a publié, le 13 mars, une déclaration condamnant l’accusation à l’encontre de  Brunson.

« L’USCIRF exhorte le président Trump et d’autres membres de l’administration à redoubler d’efforts pour assurer la libération du pasteur Brunson. Nous ne devrions ménager aucun effort pour sauver cet américain emprisonné à tort.  Nous demandons de nouveau sa libération immédiate et, si cela tarde, nous souhaitons que l’administration et le Congrès imposent des sanctions ciblées contre les personnes impliquées dans cette erreur judiciaire », ont déclaré Sandra Jolley et Kristina Arriaga, vice-présidentes de l’USCIRF.

Originaire de la Caroline du Nord, Brunson est détenu depuis octobre 2016 après avoir été arrêté avec sa femme pour des accusations d’infraction à l’immigration. À l’époque, les Brunson tenaient une petite église chrétienne à Izmir. Ils vivaient en Turquie depuis 23 ans.

L’épouse de Brunson, Norine, a été libérée rapidement, mais le pasteur est resté en détention et a vite vu ses accusations se transformer en affaire de terrorisme. Le procureur a suggéré, lors des audiences, que Brunson était détenu car soupçonné d’être un disciple de Fethullah Gülen.

Lors d’une cérémonie de remise des diplômes à l’école de police à Ankara fin septembre, le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré: «Ils nous disent de leur rendre leur pasteur [Andrew Brunson], mais vous aussi [les Américains], vous avez un pasteur [Fethullah Gülen]. Extradez-le pour que nous puissions le poursuivre en justice. »

En réponse à Erdoğan, Heather Nauert, porte-parole du Département d’Etat américain, a déclaré: « Je ne peux pas imaginer que nous allions dans cette direction. »

« En ce qui concerne Fethullah Gülen, qui est ici aux Etats-Unis, nous avons reçu plusieurs demandes d’extradition de la part du gouvernement turc à son sujet », a déclaré Nauert, ajoutant: « Nous continuons à examiner le sujet, et à analyser les éléments que le gouvernement turc nous a fournis. Je n’ai rien de nouveau pour vous sur ce sujet. »

Le quotidien pro-gouvernemental Yeni Asır a affirmé en octobre qu’il s’était procuré un enregistrement audio dans lequel Brunson parle en 2010 d’une tentative de coup d’Etat qui aurait lieu en 2016.

Le quotidien a déclaré que, dans l’enregistrement, Brunson parle à un jeune adulte il y a six ans et laisse entendre qu’il y aura un coup d’état à l’été 2016.  Brunson lui donne aussi un kit de survie en cas d’urgence, y compris un purificateur d’eau, des pilules hypercaloriques à utiliser en cas de pénurie de vivres et de cache-nez portés par les forces spéciales américaines.

Selon le rapport, Brunson dit: « Il y aura un énorme tremblement de terre [en Turquie] durant les mois d’été de 2016. Cache ces choses [le kit de survie] dans un endroit facile d’accès [pour les moments difficiles]. Et rejoins-moi au consulat général des États-Unis à Istanbul après ce tremblement de terre. »

Le 20 mai, le quotidien pro-Erdoğan Takvim a accusé Brunson, dont le président américain Donald Trump a demandé la libération au président turc Erdoğan, d’être à l’origine d’une tentative de coup d’Etat en Turquie le 15 juillet 2016, affirmant qu’il aurait été le chef de la CIA si la tentative de putsch  avait réussi.

Selon l’histoire qui apparaît en une du quotidien Takvim, Brunson est un «agent de haut niveau de la CIA» et aussi un «membre haut placé  du Mouvement Gülen», qu’Erdoğan a qualifié d’organisation terroriste et qu’il accuse d’avoir fomenté le coup d’Etat raté. L’arrestation du pasteur a paralysé les opérations de la CIA en Turquie, selon l’article, et les Etats-Unis ont déployé tous les moyens pour le sauver.

Le rédacteur en chef de Takvim, Ergun Diler, qui a accompagné Erdoğan lors d’une visite à Washington en mai, a également publié une chronique sur Brunson sous le titre « Rambo Pastor », affirmant que le pasteur avait déjoué une tentative d’assassinat en 2011 à Izmir grâce à sa formation d’agent.

“Brunson était un nom « profond », et il était influent non seulement en Turquie mais dans toute la région”, a écrit Diler, en affirmant que la CIA le tuerait en prison s’ils pensaient que la Turquie ne l’expulserait pas aux Etats-Unis.

Takvim est un quotidien du groupe de presse Turkuvaz, qui fut dirigé par Serhat Albayrak, frère de Berat Albayrak, ministre de l’Energie et gendre du président Erdoğan.

La rédaction vous conseille

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan
Politique
282 Vues
Politique
282 Vues

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan

Rédaction - 21 avril 2018

Les milieux économiques devraient se réjouir du maintien de l'état d'urgence en Turquie parce que cela les préserve du terrorisme…

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence
International
350 Vues
International
350 Vues

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence

Mikail Turan - 20 avril 2018

Les Etats-Unis ont exprimé, jeudi, leur inquiétude quant à la capacité de la Turquie à tenir des élections libres et…

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus
Politique
343 Vues
Politique
343 Vues

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus

Rédaction - 19 avril 2018

Les deux députés déchus de leur mandat jeudi sont Osman Baydemir et Selma Irmak. Cette décision fait suite à leur condamnation…