UE : l’expulsion des 6 Turcs du Kosovo est contraire aux principes de l’union

Maja Kocijancic, porte-parole de l’UE, a sévèrement critiqué l’arrestation et l’expulsion, le 29 mars, des 6 ressortissants turcs du Kosovo en raison de leurs liens avec le Mouvement Gülen, soulignant que l’incident soulève des questions sur le respect des lois.

Créant un scandale international, la police du Kosovo a arrêté cinq éducateurs travaillant dans des écoles liées au mouvement Gülen au Kosovo ainsi qu’un médecin, jeudi dernier,  puis les a remis à l’Agence nationale de renseignements qui les a ramenés en Turquie.

“L’arrestation et l’expulsion des 6 ressortissants turcs résidant de façon légale au Kosovo soulèvent des questions sur le respect de l’Etat de droit”, a déclaré Kocijancic, ajoutant que l’Etat de droit est un principe fondamental de l’Union européenne.

Faisant référence aux aspirations du Kosovo à devenir membre de l’UE, la porte-parole de l’UE a déclaré que le Kosovo, qui est déterminé à construire un avenir libre et démocratique, et à amorcer l’Accord de Stabilisation et d’Association avec l’Union européenne, doit veiller à ce que toutes les institutions respectent scrupuleusement les lois et favorisent le respect universel des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

“Les procédures arbitraires concernant l’arrestation, la détention ou l’exil vont à l’encontre de ces principes”, a-t-elle ajouté.

L’incident a provoqué une onde de choc à travers le monde et au Kosovo, où le Premier ministre Ramush Haradinaj, qui, affirmant qu’il n’était pas au courant de l’expulsion des ressortissants turcs vers la Turquie, a limogé le ministre de l’Intérieur et le chef des services de renseignements qui ne l’ont pas averti de l’arrestation des ressortissants turcs.

Sur la Turquie, Kocijancic a déclaré que si l’UE comprend la nécessité de traduire en justice les auteurs de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, tout acte répréhensible ou crime présumé devrait être soumis à une procédure régulière et à des normes internationales bien établies lorsqu’il s’agit de l’extradition.

“Le droit de chaque individu à un procès équitable doit être pleinement respecté. En tant que pays candidat de l’Union européenne et membre du Conseil de l’Europe, la Turquie a souscrit à ces principes “, a-t-elle déclaré.

La rédaction vous conseille

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan
Politique
282 Vues
Politique
282 Vues

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan

Rédaction - 21 avril 2018

Les milieux économiques devraient se réjouir du maintien de l'état d'urgence en Turquie parce que cela les préserve du terrorisme…

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence
International
350 Vues
International
350 Vues

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence

Mikail Turan - 20 avril 2018

Les Etats-Unis ont exprimé, jeudi, leur inquiétude quant à la capacité de la Turquie à tenir des élections libres et…

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus
Politique
343 Vues
Politique
343 Vues

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus

Rédaction - 19 avril 2018

Les deux députés déchus de leur mandat jeudi sont Osman Baydemir et Selma Irmak. Cette décision fait suite à leur condamnation…