Turquie : Erdogan exhorte le maire d’Ankara qui traîne les pieds à démissionner

699 Vues

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé les maires de trois grandes villes à démissionner, y compris le maire de la capitale, Ankara, Melih Gökçek, en vue de revitaliser son parti, l’AKP (parti de la justice et du développement) avant les élections de 2019. “Ils devront faire face à de lourdes conséquences” à défaut de retrait, a-t-il prévenu.

C’est la première fois qu’Erdogan demande explicitement un remaniement des vétérans de la vie politique après que les électeurs de nombreuses villes ont rejeté un référendum d’avril lui accordant un pouvoir considérable.

Alors que le référendum a été emporté de justesse, 17 des 30 plus grandes villes turques avaient voté contre le changement. Depuis, Erdogan a évoqué la nécessité de renouveler les autorités locales en parlant d’une “fatigue du métal” au sein du parti.

“Les gens n’arrivent pas à ces fonctions en tant que candidats indépendants, mais en tant que candidats présentés par les partis. Nous ne pouvons pas considérer ces postes comme des postes gardés éternellement”, a déclaré Erdogan aux journalistes.

Une demande de démission avait été transmise au maire de Balikesir, dans le nord-ouest de la Turquie. “De même, cette demande a été transmise à Melih [Gökçek] et au maire de Bursa”, a ajouté le chef de l’Etat, également président de l’AKP.

Le maire d’Istanbul avait démissionné le mois dernier, tout comme le maire de la ville de Düzce au nord-ouest de la Turquie. Le maire de la ville de Nigde, dans le centre de la Turquie, a démissionné mercredi.

Mais Gökçek, maire d’Ankara depuis 1994 (cinq élections consécutives, à son actif), traîne les pieds pour se retirer. Absent de Twitter depuis des jours alors qu’il en était un utilisateur compulsif, l’édile de la capitale évite la presse.

 

Issu de la frange nationaliste avant de se rallier à l’ANAP (parti de lamère patrie, centre droit) de feu Turgut Özal et au Refah (parti de la prospérité, islamiste) de feu Necmettin Erbakan, Gökçek avait adhéré à l’AKP quelques mois après sa création.

Connu pour ses déclarations à l’emporte-pièce, il avait assuré en février que Fethullah Gülen, que le pouvoir turc tient pour responsable de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, planifiait un tremblement de terre à Istanbul avec l’aide des puissances étrangères. Il avait également raconté que le penseur musulman avait à sa solde une armée de… djinns.

La rédaction vous conseille

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara
Société
209 Vues
Société
209 Vues

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara

Taylan Demsaz - 24 avril 2018

Orçun Senyücel, un ancien employé public qui a été démis de ses fonctions à l'Autorité de la concurrence en 2016,…

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat
Justice
288 Vues
Justice
288 Vues

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat

Rédaction - 23 avril 2018

Les tribunaux turcs ont, jusqu'à présent, prononcé 889 condamnations à perpétuité dans 137 affaires impliquant le coup d'Etat avorté de…

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie
International
386 Vues
International
386 Vues

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie

Taylan Demsaz - 23 avril 2018

Un tribunal bosnien a rejeté une demande d'extradition vers la Turquie d'un ressortissant turc, recherché pour des liens présumés avec…