430 Vues

Le maire d’Istanbul annonce sa démission sur fond de polémiques

La rumeur courait depuis quelques jours. C’est désormais confirmé. Le maire d’Istanbul, Kadir Topbas, a annoncé quitter son poste avec effet immédiat. Il dirigeait la métropole turque depuis 2004.

Le député du principal parti d’opposition (CHP) Baris Yarkadas avait révélé hier sur Twitter que Topbas avait annoncé sa démission à ses proches.

Topbas aurait jeté l’éponge après l’adoption par le conseil municipal, dominé par son parti, l’AKP (parti de la justice et du développement), de cinq projets de modification de plan d’urbanisme auxquels il était opposé. Sur fond de suspense, le maire a préféré envoyer aux organes de presse un prospectus qui résume les dernières activités qu’il a menées avant de faire une conférence de presse pour annoncer son départ.

“Nous avons pris soin de ne pas commettre d’erreurs. Mais l’erreur ne signifie pas traîtrise”, a-t-il indiqué de manière sibylline avant d’insinuer qu’il claquait la porte à la suite d’un différend interne à son groupe municipal. “On peut tout pardonner sauf le fait de ne pas être pris pour un homme [expression turque signifiant ne pas être pris au sérieux]”.

La démission intervient dans un contexte où Erdogan répète à l’envi qu’il souhaite renouveler les rangs de son parti en vue des élections municipales, législatives et présidentielle prévues respectivement en mars et en novembre 2019.

Rendant hommage à la “vision” du chef de l’Etat, également leader de l’AKP, Topbas a déclaré qu’il avait “toujours considéré ce poste comme une chose qui lui était provisoirement confiée”.

Théologien et architecte de formation, Topbas est né à Artvin en 1945. Auteur d’une thèse sur le “palais du Khédive” (Hidiv Kasri) qui se trouve sur la rive asiatique d’Istanbul, l’ex-maire était le conseiller de l’actuel président de la République, Recep Tayyip Erdogan lorsque celui-ci dirigeait la ville entre 1994 et 1998.
Le gendre de Topbas, Ömer Kavurmaci, avait été placé en garde à vue et écroué pour être membre du Hizmet, le mouvement initié par Fethullah Gülen, accusé par le pouvoir d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016. Libéré en mai 2017, il avait été arrêté à nouveau un mois plus tard.

La rédaction vous conseille

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara
Société
210 Vues
Société
210 Vues

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara

Taylan Demsaz - 24 avril 2018

Orçun Senyücel, un ancien employé public qui a été démis de ses fonctions à l'Autorité de la concurrence en 2016,…

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat
Justice
288 Vues
Justice
288 Vues

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat

Rédaction - 23 avril 2018

Les tribunaux turcs ont, jusqu'à présent, prononcé 889 condamnations à perpétuité dans 137 affaires impliquant le coup d'Etat avorté de…

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie
International
386 Vues
International
386 Vues

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie

Taylan Demsaz - 23 avril 2018

Un tribunal bosnien a rejeté une demande d'extradition vers la Turquie d'un ressortissant turc, recherché pour des liens présumés avec…