403 Vues

Turquie : le procès des journalistes de Zaman a commencé

Le procès de 30 journalistes du quotidien Zaman, aujourd’hui fermé, a commencé lundi 18 septembre à Istanbul. Le parquet a requis trois perpétuités pour chacun des accusés en raison d’articles critiques publiés dans ce qui était autrefois le journal le plus vendu en Turquie.

Les journalistes sont formellement accusés de faire partie d’un groupe terroriste, le “FETÖ”, l’acronyme créé par le pouvoir pour qualifier le Hizmet, le mouvement initié par Fethullah Gülen, accusé d’être derrière la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016. En détention depuis 419 jours, ils verront pour la première fois un juge.

Le procès concerne 30 accusés, dont 21 sont en prison. Mümtaz’er Türköne, Sahin Alpay, Ali Bulaç, Ahmet Metin Sekizkardes, Ahmet Turan Alkan, Alaattin Güner, Cuma Kaya, Faruk Akkan, Hakan Tasdelen, Hüseyin Belli, Hüseyin Turan, Ibrahim Karayegen, Ismail Küçük, Mehmet Özdemir, Murat Avcioglu, Mustafa Ünal, Onur Kutlu, Sedat Yetiskin, Seref Yilmaz, Yüksel Durgut et Zafer Özsoy sont en détention préventive depuis 14 mois, les juges ayant constamment rejeté leurs demandes d’élargissement.

Ahmet Irem, Ali Hüseyinçelebi, Süleyman Sargin, Osman Nuri Arslan, Osman Nuri Öztürk, Lalezer Sariibrahimoglu, Nuriye Ural et Orhan Kemal Cengiz comparaissent libres. Le professeur Ihsan Duran Dagi, un ancien chroniqueur de Zaman, est en fuite.

Un réquisitoire qui laisse à désirer

Le procureur d’Istanbul, Ismet Bozkurt, a requis contre les accusés trois condamnations à perpétuité pour avoir tenté de porter atteinte à l’ordre constitutionnel, de dissoudre le parlement turc et de renverser le gouvernement turc et une peine allant de 7 à 15 ans de prison pour être membres d’une organisation terroriste armée.

Les seules preuves citées dans l’acte d’accusation sont les articles et les chroniques publiés par les accusés, notamment ceux qui avaient trait aux affaires de corruption. Assez étrangement, le procureur a estimé que les articles, pris individuellement, n’étaient pas de nature à entraîner une incrimination mais que, pris collectivement, ils avaient pour but de participer à une entreprise criminelle.

Le quotidien Zaman, affilié au mouvement Gülen, avait été confisqué par le pouvoir turc le 4 mars 2016 puis fermé par décret-loi à la suite du putsch avorté. Il était diffusé à plus d’un million d’exemplaires. Longtemps soutien de l’AKP, le quotidien avait changé de ligne éditoriale avec la révélation d’affaires de corruption en décembre 2013.

Il s’agit du dernier procès en date impliquant des journalistes en Turquie, le plus médiatisé étant celui qui s’est ouvert fin juillet à l’encontre de 17 employés du quotidien d’opposition Cumhuriyet. Quelque 170 journalistes sont emprisonnés en Turquie, faisant de celle-ci le pays où il y a le plus de journalistes dans le monde. La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par Reporters sans Frontières (RSF).

La rédaction vous conseille

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara
Société
255 Vues
Société
255 Vues

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara

Taylan Demsaz - 24 avril 2018

Orçun Senyücel, un ancien employé public qui a été démis de ses fonctions à l'Autorité de la concurrence en 2016,…

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat
Justice
308 Vues
Justice
308 Vues

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat

Rédaction - 23 avril 2018

Les tribunaux turcs ont, jusqu'à présent, prononcé 889 condamnations à perpétuité dans 137 affaires impliquant le coup d'Etat avorté de…

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie
International
390 Vues
International
390 Vues

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie

Taylan Demsaz - 23 avril 2018

Un tribunal bosnien a rejeté une demande d'extradition vers la Turquie d'un ressortissant turc, recherché pour des liens présumés avec…