1597 Vues

Turquie : le groupe de médias Dogan cédé à un patron pro-Erdogan

Le groupe turc Demirören Holding, proche du président Recep Tayyip Erdogan, a acheté tous les journaux, périodiques et chaînes du groupe Dogan dont Hürriyet et CNN Türk.

 

Un représentant de Hürriyet, qui publie également un journal de langue anglaise, le Hürriyet Daily News, a déclaré à Reuters : “Le personnel est actuellement informé et une déclaration détaillée sur la transaction sera faite aujourd’hui à la Bourse d’Istanbul”.

Aydin Dogan, le plus grand patron de presse de Turquie, se retire ainsi de la sphère médiatique après plus de 40 ans de présence. Il avait déjà vendu Milliyet et Vatan au groupe Demirören en 2011.

Erdogan Demirören et Aydin Dogan.

De tendance kémaliste, le groupe Dogan avait dû affronter des contrôles fiscaux successifs (2?5 milliards de dollars en 2009) avant de faire profil bas pour ne pas attirer la colère d’Erdogan, prompt à fustiger une presse traîtresse.

La vente d’un fleuron de la presse turque à une société proche du pouvoir accroit le risque d’une quasi monopolisation de l’opinion.

“Le pouvoir a mis en place un système à trois niveaux”

Yildirim Demirören est également président de la Fédération de football tandis que son père, Erdogan Demirören, est surtout connu pour avoir pleuré au téléphone face à Erdogan qui le sermonnait pour avoir laissé Milliyet publier les procès-verbaux des négociations entre l’Etat et le leader du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, emprisonné à Imrali.

Derya Sazak, rédacteur en chef, avait été rapidement mis à la porte.

Selon Sami Kiliç, journaliste franco-turc co-auteur d’un article sur la fabrique de l’information en Turquie publié dans la revue Les Cahiers de l’Orient (2017, n°127), “la presse turque est largement contrôlée par le pouvoir qui a mis en place un système à trois niveaux : la presse organique appelée ‘havuz‘ (pool), la presse pro-gouvernementale gérée par des amis et la presse domestiquée dirigée par des patrons avides de marchés publics”.

Selon Reporters sans frontières, la Turquie se situe au 155e rang dans le Classement mondial de la laiberté de la presse en 2017. Plus de 150 journalistes sont actuellement sous les verrous. Récemment, les journalistes Ahmet Altan, Mehmet Altan et Nazli Ilicak ont été condamnés à la perpétuité.

La rédaction vous conseille

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan
Politique
282 Vues
Politique
282 Vues

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan

Rédaction - 21 avril 2018

Les milieux économiques devraient se réjouir du maintien de l'état d'urgence en Turquie parce que cela les préserve du terrorisme…

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence
International
350 Vues
International
350 Vues

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence

Mikail Turan - 20 avril 2018

Les Etats-Unis ont exprimé, jeudi, leur inquiétude quant à la capacité de la Turquie à tenir des élections libres et…

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus
Politique
343 Vues
Politique
343 Vues

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus

Rédaction - 19 avril 2018

Les deux députés déchus de leur mandat jeudi sont Osman Baydemir et Selma Irmak. Cette décision fait suite à leur condamnation…