520 Vues

Turquie : 31 ans de prison pour le journaliste Hidayet Karaca

Hidayet Karaca, le directeur général de la chaîne de télévision aujourd’hui fermée Samanyolu, a été condamné à 31 ans de prison par un tribunal d’Istanbul pour “appartenance à une organisation terroriste”, “falsification” et “diffamation”.

Arrêté le 14 décembre 2014, Karaca était en détention provisoire depuis cette date. Il était jugé pour avoir organisé un complot contre un groupuscule religieux dénommé “Tahsiye”.

Les anciens commissaires Yurt Atayün et Ali Fuat Yilmazer ont été condamné respectivement à 25 ans et 16 ans de prison, tandis que 30 autres policiers ont écopé de peines allant de 4 ans à 12 ans de prison.

La police turque avait arrêté, dimanche 14 décembre, Ekrem Dumanli, le rédacteur en chef de l’un des principaux quotidiens du pays, Zaman, et 24 autres personnes dont Hidayet Karaca. Ils étaient accusés d’avoir créé une atmosphère d’hostilité contre le groupe Tahsiye sur ordre de Fethullah Gülen, que le pouvoir turc accuse depuis d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Des accusations fondées sur le scénario d’une série

Karaca a été arrêté à cause de dialogues qui figuraient dans le scénario d’une série diffusée sur Samanyolu, accusé d’avoir associé le groupe Tahsiye à Al Qaïda en 2009. Selon le procureur, le scénario de la série avait envoyé un message crypté aux policiers pour qu’ils lancent une opération contre ce groupe.

Le leader du groupe, Mehmet Dogan, avait participé à une émission télévisée après son incarcération pour y déclarer qu’il «appréciait Ben Laden puisqu’il était musulman».

“J’ai posé une seule question au juge : ‘Vous nous accusez de faire partie d’un groupe terroriste armé. Où est le groupe ? Où sont les armes ?’. Il n’a pas su me répondre…”, avait écrit Karaca dans une tribune publiée par Le Monde.

L’arrestation de Karaca avait été la première salve de Recep Tayyip Erdogan qui avait vu dans les enquêtes anticorruption de décembre 2013 une tentative orchestrée par le mouvement Gülen pour le renverser. Malgré les réfutations du Hizmet, cela n’avait pas empêché le Premier ministre de de l’époque de déclarer la guerre à toutes les organisations et individus affiliés au mouvement jusqu’à l’accuser d’être derrière le putsch avorté.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
535 Vues
Justice
535 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2048 Vues
Politique
2048 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
540 Vues
Politique
540 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…