171 Vues

Bataille de chiffonniers en Erdoganie : un chroniqueur poussé à la sortie pour avoir rappelé les affaires de corruption

Le chroniqueur du journal pro-Erdogan Star Ahmet Tasgetiren a annoncé vendredi qu’il démissionnait après que la direction du quotidien eut refusé de publier son dernier papier qui répondait à deux autres chroniqueurs de Star qui lui reprochaient d’avoir rappelé des affaires de corruption liées à l’AKP.

Sur son compte Twitter, Tasgetiren a publié sa chronique censurée dans laquelle il s’en prend à Hüseyin Gülerce et Mehmet Metiner.

Le premier est un ancien pilier du Hizmet, le mouvement initié par Fethullah Gülen, devenu la bête noire du régime après la révélation d’affaires de corruption par des procureurs et policiers proches de la mouvance güleniste. Le second est un député de l’AKP, connu pour son opportunisme politique.

L’affaire est partie d’une chronique précédente de Tasgetiren qui s’est interrogé sur la persistance de l’AKP et de ses partisans à défendre coûte que coûte la “montre de Zafer Caglayan”, en référence à cet objet devenu le symbole de la corruption. Ahmet Kekeç, un éditorialiste de Star a immédiatement reproché à Tasgetiren de rompre les rangs et d’adopter un langage güleniste, insulte suprême dans la Turquie actuelle où Gülen est accusé d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Les affaires de corruption qui avaient éclaboussé en décembre 2013 le Premier ministre de l’époque Recep Tayyip Erdogan et quatre de ses ministres (Zafer Caglayan, Egemen Bagis, Muammer Güler et Erdogan Bayraktar) ainsi que son propre fils Bilal Erdogan ont refait surface quatre ans plus tard… aux Etats-Unis.

Le procureur de New-York a en effet rouvert les anciens dossiers à l’occasion du procès de Reza Zarrab, un homme d’affaires turco-iranien, accusé d’avoir contourné l’embargo américain contre l’Iran. Un mandat d’arrêt a été précisément lancé contre Zafer Caglayan, provoquant une déchirure dans le camp erdoganiste entre ceux qui pensent que cette procédure a été elle-même initiée par une “justice américaine aux ordres de Gülen” et d’autres qui estiment qu’il faut crever l’abcès et se désolidariser de Caglayan.

C’est dans ce contexte que les trois mousquetaires s’en sont pris à Tasgetiren qui a finalement claqué la porte. Il avait déjà été critiqué par les mêmes compères lorsqu’il avait soutenu la “marche pour la justice” du leader de l’opposition, Kemal Kiliçdaroglu. Ancien chroniqueur du journal proche du mouvement Gülen Bugün, aujourd’hui fermé, Tasgetiren avait démissionné après le début de la confrontation entre le Hizmet et l’AKP, préférant soutenir Erdogan. Gülerce avait, à l’époque, continué d’écrire à Zaman, un autre quotidien du mouvement, jusqu’en août 2014. Ce que n’a pas manqué de lui rappeler Tasgetiren.

La rédaction vous conseille

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara
Société
254 Vues
Société
254 Vues

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara

Taylan Demsaz - 24 avril 2018

Orçun Senyücel, un ancien employé public qui a été démis de ses fonctions à l'Autorité de la concurrence en 2016,…

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat
Justice
308 Vues
Justice
308 Vues

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat

Rédaction - 23 avril 2018

Les tribunaux turcs ont, jusqu'à présent, prononcé 889 condamnations à perpétuité dans 137 affaires impliquant le coup d'Etat avorté de…

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie
International
390 Vues
International
390 Vues

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie

Taylan Demsaz - 23 avril 2018

Un tribunal bosnien a rejeté une demande d'extradition vers la Turquie d'un ressortissant turc, recherché pour des liens présumés avec…