352 Vues

Liens avec Gülen : 6 ans de prison pour un commissaire ayant affronté les putschistes

Un commissaire de police ayant affronté un groupe de putschistes qui tentaient d’atteindre l’hôtel où séjournait le président Recep Tayyip Erdogan à Marmaris, en juillet 2016, a été condamné à une peine d’emprisonnement de six ans et trois mois.

Il a été déclaré coupable d’appartenance à un “groupe terroriste” par l’utilisation de ByLock, cette application devenue un signe d’appartenance au Hizmet, le mouvement initié par Fethullah Gülen, que le pouvoir turc tient pour responsable de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Le chef de la police, identifié seulement par ses initiales M.O., servait au poste de Marmaris dans la province de Mugla la nuit de la tentative de coup d’Etat.

Un groupe de soldats putschistes avait fait irruption dans l’hôtel où séjournait Erdogan dans le but de l’arrêter et de le transférer à Ankara. Cependant, le président et les membres de sa famille avaient déjà quitté l’hôtel.

“J’étais l’une des premières personnes à résister aux putschistes”

M.O. a expliqué lors de son procès devant la 2e cour pénale de Mugla qu’il avait été du côté des loyalistes et a rejeté les accusations.

“Je suis moi-même plaignant dans un procès où des soldats sont accusés d’avoir participé au coup d’Etat. J’étais l’une des premières personnes à résister aux putschistes. Ils m’ont crié : ‘Rends-toi’ “, a déclaré M.O., ajoutant qu’un officier de police, Nedip Cengiz Eker, qui a été tué cette nuit-là lors de l’affrontement avec les putschistes, était mort près de lui.

Des gülenistes qui ont sauvé Erdogan

Par ailleurs, Tayyib Sina Dogan, l’un des trois membres de l’équipage de l’hélicoptère qui avait transporté Erdogan et sa famille la nuit du 15 juillet 2016, avait été arrêté fin décembre pour liens avec le mouvement Gülen.

Dogan avait été radié de la police le 22 novembre 2016 et envoyé à la prison de Sincan à Ankara le 20 novembre 2017. Il était également accusé d’avoir téléchargé ByLock.

Autre exemple. Baris Yurtseven, le pilote de l’avion qui avait transféré Erdogan de Dalaman à Istanbul la nuit du soulèvement, avait été renvoyé de Turkish Airlines (THY) en février pour liens avec le mouvement Gülen.

Près de 50 000 personnes emprisonnées

Le 5 janvier, le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a déclaré que 48 305 personnes avaient été emprisonnées en 2017 pour leur proximité présumée avec le Hizmet.

Par ailleurs, 8 holdings et 1 020 entreprises ont été saisies dans le cadre des opérations contre le mouvement.

Enfin, près de 150 000 fonctionnaires, dont des juges, des enseignants, des policiers et des militaires ont été radiés ou suspendus de la fonction publique par le biais de décrets-lois publiés dans le cadre de l’état d’urgence.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
461 Vues
Justice
461 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
1936 Vues
Politique
1936 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
459 Vues
Politique
459 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…