277 Vues

Le président d’Amnesty Turquie restera en détention provisoire

Un jour après la libération de huit militants des droits de l’homme par un tribunal d’Istanbul, un tribunal d’Izmir a ordonné la poursuite de la détention provisoire de Taner Kiliç, président du bureau de la section turque d’Amnesty International, décidant de renvoyer son dossier à Istanbul.

“Au mépris de la justice et de la logique, le tribunal d’Izmir décide de transférer le dossier de Taner Kiliç dans l’affaire Büyükada et de poursuivre sa détention provisoire”, a tweeté Andrew Gardner, chercheur sur la Turquie pour Amnesty International. “Le procureur demande également que Taner soit maintenu en détention préventive en invoquant le fait que des preuves doivent encore être recueillies”, a déclaré Gardner.

Kiliç, avocat, membre fondateur d’AI Turquie et président de son conseil d’administration depuis 2014, a été arrêté par un tribunal d’Izmir le 9 juin dans le cadre d’une enquête sur le Hizmet, ce mouvement initié par Fethullah Gülen que le pouvoir accuse d’être le cerveau de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

“Extrêmement décevant que le tribunal ait décidé de maintenir en détention le président d’Amnesty Turquie, Taner Kiliç, après une bonne nouvelle de la libération de # Istanbul10”, a déclaré Emma Sinclair-Webb, directrice de Human Rights Watch (HRW). Réagissant à la décision du tribunal d’Izmir, Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International, a déclaré : “Au cours des dernières 24 heures, nous avons vu jouer les deux visages du système de justice inconstant de la Turquie. Tandis que l’un accorde la liberté, l’autre, confronté à des charges non moins infondées, l’enlève”.

Huit militants des droits de l’homme, dont la directrice turque d’Amnesty International Idil Eser, ont été libérés mercredi soir par un tribunal d’Istanbul. Le 5 juillet, la police turque avais investi un hôtel à Büyükada, l’une des îles des Princes au large d’Istanbul, et arrêté Eser, llknur Üstün de la Coalition des femmes, l’avocate Günal Kursun de l’Human Rights Agenda Association, l’avocate Nalan Erkem de l’Assemblée des citoyens, Nejat Tastan de l’Equal Rights Watch Association, Özlem Dalkiran de l’Assemblée des citoyens, l’avocat Seyhmus Özbekli, Veli Acu de l’Human Rights Agenda Association et deux formateurs étrangers, Ali Garawi et Peter Steudtner.

Les quotidiens pro-Erdogan, Star, Akşam, Güneş, Türkiye et Yeni Şafak, avaient déclaré que la CIA et le MI6 étaient derrière la réunion. Lors d’une conférence de presse à Hambourg le 8 juillet, le président Recep Tayyip Erdogan avait lui-même accusé les défenseurs des droits de l’homme d’avoir voulu “poursuivre le coup d’Etat du 15 juillet 2016”.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
542 Vues
Justice
542 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2054 Vues
Politique
2054 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
545 Vues
Politique
545 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…