212 Vues

La justice turque convoque un autre agent du consulat américain

Alors que la crise des visas bat son plein entre Ankara et Washington, le procureur général d’Istanbul a déclaré le 9 octobre qu’il avait convoqué un membre du personnel du consulat américain d’Istanbul à témoigner en tant que suspect. “L’homme, qui est membre du personnel au consulat des Etats-Unis d’Istanbul et qui n’a pas d’immunité diplomatique, a été invité au parquet général pour son témoignage”, a déclaré le bureau du procureur. Il a ajouté que la femme et l’enfant du suspect avaient déjà été arrêtés dans la province d’Amasya.

La police n’aurait pas pu appréhender le suspect, celui-ci refusant de sortir du bâtiment du consulat. Sa femme aurait détenu un compte bancaire à Bank Asya, un signe pour le pouvoir d’appartenance au Hizmet, le mouvement initié par Fethullah Gülen, accusé d’être le cerveau de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Le ministre turc de la justice Abdulhamit Gül avait pourtant indiqué, le matin, qu’il n’était pas au courant d’une décision concernant la détention ou l’arrestation d’un second employé du consulat des États-Unis.

Le premier membre du personnel du consulat d’Istanbul, Metin Topuz, avait été arrêté le 4 octobre pour des accusations d’espionnage et de liens présumés avec le mouvement Gülen.

Vendredi, John Bass, l’ambassadeur des Etats-Unis en Turquie, avait confié à des journalistes que certains membres du gouvernement turc étaient motivés par «la vengeance plutôt que la justice», exprimant sa préoccupation concernant la couverture péremptoire de l’arrestation de Topuz dans les médias pro-gouvernementaux.

Fous le camp !

L’ambassade des Etats-Unis à Ankara a annoncé dimanche qu’elle avait suspendu tous les services de visa en Turquie. Quelques heures plus tard, c’est l’ambassade de la Turquie à Washington qui annonçait une mesure identique vis-à-vis des ressortissants américains, en reproduisant mot pour mot le texte américain.

La décision des Etats-Unis a suscité des réactions hostiles dans les milieux proches du pouvoir. En liant la décision des Etats-Unis à l’opération militaire turque à Idleb en Syrie, Hamza Dag, vice-président de l’AKP, a appelé John Bass à quitter le pays en lançant un “Fous le camp !” on ne peut plus clair.

Burhan Kuzu, député de l’AKP et père du système présidentiel voté par référendum, a également réagi sur Twitter: “Nos militaires qui marchent en direction de Syrie ont contrarié les Etats-Unis. Les traîtres meurent plusieurs fois avant leur mort. Vous n’arrêterez pas l’émergence de la Turquie”, a-t-il écrit.

Enfin, la journaliste pro-Erdogan, Halime Kökçe, a conseillé au nouvel ambassadeur qui devra remplacer Bass (muté en Afghanistan) à ne pas venir. “Yankee Go Home… Fermer la base militaire d’Incirlik”, a plaidé pour sa part le journaliste islamiste Adem Özköse.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
542 Vues
Justice
542 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2054 Vues
Politique
2054 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
545 Vues
Politique
545 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…