1287 Vues

Turquie/Etats-Unis : Reza Zarrab passe aux aveux, sueurs froides à Ankara

C’est désormais officiel : l’homme d’affaires turco-iranien Reza Zarrab, détenu aux Etats-Unis pour avoir violé les sanctions américaines contre l’Iran, ne sera pas jugé aux côtés du directeur-adjoint de la banque turque Halkbank, Mehmet Hakan Atilla, a annoncé le juge Richard Berman.

Zarrab, 34 ans, a cessé de comparaître devant le tribunal depuis deux mois, ce qui accrédite l’idée qu’il ait pu passer un “plea bargain” c’est-à-dire un accord par lequel il a reconnu sa culpabilité en échange d’informations ce qui lui permet de négocier la peine sans passer devant un tribunal.

D’accusé, Zarrab devient témoin

Le procès devait commencer à New York aujourd’hui mais a été reporté, sans explication, à la semaine prochaine. La sélection des membres du jury a cependant commencé. C’est à cette occasion que le juge Berman a indiqué que le procès n’avait qu’un seul accusé : le banquier Atilla. Zarrab fait désormais partie de la liste des probables témoins. Benjamin Brafman, un avocat de Zarrab, a refusé de commenter l’absence de Zarrab au procès.

La veille, le Premier ministre turc Binali Yildirim avait suggéré qu’un tel accord ait pu être conclu. De son côté, le porte-parole du gouvernement Bekir Bozdag, ancien ministre de la justice qui a suivi l’affaire jusqu’à récemment, a déclaré aujourd’hui que ce procès était “dénué de fondement juridique” et qu’il devait “être abandonné ou clos”.

Ripostes tous azimuts en Turquie 

Le président Recep Tayyip Erdogan n’a pas caché non plus son embarras, assurant que les autorités américaines voulaient lui extorquer des “calomnies” pour déstabiliser son pouvoir. Les autorités turques sont allées jusqu’à affirmer que le mouvement de Fethullah Gülen, déjà accusé d’avoir ourdi la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, piloterait le dossier. Le journal pro-gouvernemental Sabah ne lésine pas sur les moyens pour “révéler” chaque jour des “preuves” sur les liens entre le juge Berman, le mouvement Gülen et l’ancien procureur Preet Bharara et l’actuel, Joon Kim, tous deux objets d’une enquête lancée précipitamment par la justice turque.

ABD’deki hukuk dışı davaya FETÖ yandaşı hâkim

Bharara, Sarraf iddianamesini 17 Aralık'tan kopyaladı

Les révélations que Zarrab pourrait faire risquent d’être préjudiciables au président Erdogan, le magnat de l’or ayant été en 2013 au centre d’une retentissante affaire de corruption impliquant des ministres et des cercles proches du pouvoir. Le pouvoir avait alors enterré les investigations au prix d’une purge sans précédent au sein de l’organe judiciaire, jetant la responsabilité sur un “Etat parallèle” bâti par les gülenistes afin de chasser le raïs du pouvoir.

La porte-parole du Département d’Etat, Heather Nauert, et le procureur Kim avaient qualifié de “ridicules” les allégations concernant l’implication de Gülen dans le processus judiciaire.

Zarrab et huit autres personnes, dont l’ancien ministre turc de l’Economie Zafer Caglayan et trois dirigeants de la banque publique Halkbank, ont été accusés d’avoir mené des transactions de plusieurs centaines de millions de dollars pour le gouvernement iranien et les organisations iraniennes entre 2010 et 2015 mais seuls Zarrab et Atilla ont été arrêtés par les autorités américaines.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
542 Vues
Justice
542 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2054 Vues
Politique
2054 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
545 Vues
Politique
545 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…