505 Vues

La Turquie s’inquiète de la disparition de Reza Zarrab aux Etats-Unis

La Turquie a envoyé une note diplomatique aux autorités américaines pour demander une enquête sur la situation de Reza Zarrab, détenu aux Etats-Unis en attente d’un procès pour contournement des sanctions américaines contre l’Iran.

Les avocats de Zarrab ont déclaré qu’ils n’avaient pas été en mesure de contacter leur client au cours des cinq derniers jours.

Ankara retient son souffle à l’approche du procès de cet homme d’affaires turco-iranien qui semble inquiéter au plus haut point le président Recep Tayyip Erdogan qui craint un déballage sur des liens pour le moins compromettants.

Le procureur de New York a, en effet, ​​recueilli des conversations enregistrées et d’autres documents qui suggèrent qu’Erdogan ou les membres de sa famille ont pu connaître ou soutenir les activités de Zarrab.

Zarrab a été arrêté à Miami en mars 2016 dans le cadre d’une enquête sur la violation des sanctions américaines contre l’Iran. Mehmet Hakan Atilla, directeur général adjoint de Halkbank en Turquie, a également été arrêté aux États-Unis dans le cadre de la même enquête en mars 2017.

Les dons de Zarrab

Ainsi, lors d’une conversation téléphonique interceptée le 19 septembre 2013, Zarrab déclare à l’un de ses employés : «Même si nous faisons deux milliards, c’est important. Comprenez-vous ? C’est important pour moi et aux yeux du Premier ministre, puisque je vais aller directement le voir». Erdogan était, à l’époque, Premier ministre.

Dans une autre conversation, Zarrab indique qu’il a rencontré Erdogan lors d’un mariage en avril 2013 et lui a demandé son soutien pour acheter une banque qu’il espérait utiliser comme intermédiaire pour les transactions avec l’Iran. Il n’a finalement pas acheté la banque.

Selon le procureur, Zarrab a fait de nombreux dons à des fondations caritatives associées à des proches d’Erdogan, y compris son fils. Zarrab a également fait un don d’argent à une organisation caritative dirigée par la femme d’Erdogan.

Erdogan crie encore une fois au complot

Erdogan a déclaré que ces arrestations visaient directement la Turquie. Zarrab est surtout connu pour avoir été l’homme clé dans les enquêtes anti-corruption qui avaient éclaboussé Erdogan et son entourage en décembre 2013. « Ils le poussent [Zarrab] dans ses retranchements et veulent faire de lui un informateur », a-t-il récemment prétendu.

« Nous suivons cela. Nous savons comment remuer le monde lorsque tous ces problèmes seront résolus. Nous allons tout dire », a poursuivi Erdogan de manière sibylline.

Très engagé dans la libération de celui qui connait le système financier mis en place par la Turquie pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran, Erdogan n’a de cesse d’évoquer ce dossier à chaque entretien avec les autorités américaines. Récemment, l’ancien procureur de New York, à l’origine de l’arrestation de Zarrab, Preet Bharara avait évoqué le rôle du président turc dans son débarquement par Donald Trump.

Les preuves recueillies en Turquie vont être utilisées

Le journaliste David Ignatius avait révélé dans une chronique le 12 octobre que Erdogan avait passé la moitié de sa rencontre de 90 minutes avec le vice-président Joe Biden le 21 septembre 2016 à évoquer le cas de Reza Zarrab. « L’épouse d’Erdogan [Emine Erdoğan] a plaidé l’affaire cette nuit-là à Jill Biden [épouse de Biden]. Le ministre de la Justice de l’époque, Bekir Bozdag, a rendu visite au procureur général de l’époque, Loretta E. Lynch, en octobre pour affirmer que l’affaire était fondée sur aucune preuve et que Zarrab devrait être libéré », avait ajouté le journaliste.

Le 6 septembre, un tribunal de New York a lancé un mandat d’arrêt contre Zafer Caglayan, ancien ministre turc de l’Economie, et Süleyman Aslan, ancien directeur général de Halkbank.

En 2013, Erdogan avait repoussé les accusations de corruption en évoquant l’existence d’une « structure parallèle » composée de sympathisants du Hizmet, ce mouvement initié par Fethullah Gülen, qui voulait sa perte. La justice turque, remodelée, avait enterré toutes les investigations jusqu’à ce qu’elles rejaillissent aux Etats-Unis. Depuis, le Hizmet est également accusé d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016. Le procureur de New York a annoncé que les preuves utilisées en Turquie seront également présentées à la Cour le 30 novembre prochain.

La rédaction vous conseille

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara
Société
208 Vues
Société
208 Vues

Turquie : nouveau cas de disparition forcée en plein Ankara

Taylan Demsaz - 24 avril 2018

Orçun Senyücel, un ancien employé public qui a été démis de ses fonctions à l'Autorité de la concurrence en 2016,…

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat
Justice
288 Vues
Justice
288 Vues

Turquie : 889 condamnations à perpétuité pour la tentative de coup d’Etat

Rédaction - 23 avril 2018

Les tribunaux turcs ont, jusqu'à présent, prononcé 889 condamnations à perpétuité dans 137 affaires impliquant le coup d'Etat avorté de…

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie
International
386 Vues
International
386 Vues

Bosnie : la justice rejette l’extradition d’une “güleniste” vers la Turquie

Taylan Demsaz - 23 avril 2018

Un tribunal bosnien a rejeté une demande d'extradition vers la Turquie d'un ressortissant turc, recherché pour des liens présumés avec…