844 Vues

Flynn reconnaît avoir écrit sur commande de la Turquie un article contre Gülen

Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, a fait “de fausses déclarations et des omissions matérielles” au ministère de la Justice au sujet de son travail pour le gouvernement turc l’an dernier, selon le procureur spécial Robert Mueller.

Flynn, accusé à titre principal d’avoir menti au sujet de ses conversations avec l’ambassadeur de Russie, Sergueï Kisliak, a plaidé coupable devant un tribunal fédéral vendredi.

Michael Flynn

Mais le travail de Flynn au service du gouvernement turc a également fait l’objet d’une enquête de la part de Mueller. Flynn Intel Group, son cabinet de conseil, avait en effet signé un contrat de 600 000 dollars en août 2016 avec un homme d’affaires turc proche d’Ankara, Ekim Alptekin mais Flynn avait indiqué ignorer si l’Etat turc était impliqué dans ce projet. Selon Mueller, Flynn vient de reconnaître avoir omis que “des fonctionnaires de la République de Turquie [avaient] assuré la supervision et la direction du projet”.

Le projet : dénigrer Fethullah Gülen

L’affirmation selon laquelle “le projet était axé sur l’amélioration de la confiance des entreprises américaines à l’égard des affaires en Turquie” était donc tout simplement fausse. Il s’agissait en réalité de dénigrer Fethullah Gülen, le savant islamique qui a initié le Hizmet, ce mouvement que le pouvoir turc accuse d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Flynn Intel Group devait mener auprès des médias américains une campagne visant à discréditer l’imam qui vit en Pennsylvanie depuis 1999 et dont la Turquie demande l’extradition. A cet effet, un documentaire devait être réalisé mais celui-ci n’a jamais été diffusé.

Flynn avait tout de même écrit dans The Hill une chronique le 8 novembre 2016 demandant l’extradition de Gülen. Flynn vient de reconnaître, contrairement à ce qu’il avait affirmé jusqu’alors, que l’article n’avait pas été rédigé “de sa propre initiative”. Autrement dit, c’est Alptekin qui le lui avait demandé. Celui-ci avait démenti cette affirmation dans une interview au Politico.

Ekim Alptekin est le président du TAIK, le Conseil d’affaires Turquie-Etats-Unis

Flynn semble également avoir omis des détails au sujet d’une réunion qu’il a eue avec des représentants du gouvernement turc le 19 septembre 2016. Alptekin a organisé la réunion qui s’est tenue à New York à laquelle ont participé le ministre des affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, et le ministre de l’énergie et gendre du président Recep Tayyip Erdogan, Berat Albayrak.

L’ancien directeur de la CIA, James Woolsey, a affirmé que l’idée d’enlever Gülen et de l’emmener en Turquie avait même été évoquée lors de cette réunion. Flynn et Alptekin ont nié cette affirmation. Woolsey a également rapporté que Flynn s’est vu offrir, en décembre 2016, 15 millions de dollars pour le rapt de Gülen.

Reuters avait révélé que Woolsey lui-même avait proposé une campagne de lobbying et de relations publiques visant Gülen en contrepartie de 10 millions de dollars.

La rédaction vous conseille

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir
Justice
541 Vues
Justice
541 Vues

Des avocats mayennais et rennais en Turquie pour soutenir leurs confrères menacés par le pouvoir

Rédaction - 9 mai 2018

Les avocats français prennent l'avion, ce mercredi 9 mai, pour Istanbul où ils assisteront au procès de leurs confrères.

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc
Politique
2053 Vues
Politique
2053 Vues

«Tamam»: Sur Twitter, plus d’un million d’internautes disent «assez!» au président turc

Rédaction - 9 mai 2018

« Si un jour notre pays dit "assez", nous nous retirerons », a déclaré le chef de l’Etat dans un discours devant…

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan
Politique
545 Vues
Politique
545 Vues

En Turquie, l’opposition kémaliste s’organise pour peser face à Erdogan

Rédaction - 5 mai 2018

Les partis critiquant la dérive du régime présentent chacun leur candidat à la présidentielle du 24 juin, mais s’entendent pour…