374 Vues

Afghanistan : arrestation d’enseignants turcs liés au mouvement Gülen

Les forces de sécurité afghanes ont arrêté quatre enseignants et investi une école liée au Hizmet, ce mouvement initié par Fethullah Gülen, que le pouvoir turc accuse d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Trois des enseignants sont de nationalité turque alors que le quatrième est un Afghan. Ils ont été arrêtés alors qu’ils se rendaient aux lycées pour filles mardi matin, a déclaré Numan Erdogan, le président de l’ONG qui gère l’école, l’ATCE (Afghan-Turk CAG Educational).

Des agents qui se sont présentés comme membres des services secrets – la Direction nationale de la sécurité – se sont ensuite rendus à l’école à la recherche d’un autre enseignant, a ajouté Erdogan. Le raid a provoqué la colère des élèves et de leurs parents qui ont affirmé que les forces de sécurité étaient entrées dans le dortoir des filles.

L’ATCE, qui gère 16 établissements scolaires, 8000 élèves et 900 employés dans plusieurs villes dont Kaboul, Kandahar et Herat, est établie en Afghanistan depuis 1995. Largement considérées parmi les meilleures du pays, les écoles enseignent des cours de sciences en anglais et affichent un taux de réussite de 98% aux examens d’entrée à l’université. 30% des 8 000 étudiants sont des filles.

Ces arrestations font partie d’une répression lancée contre le Hizmet par l’homme fort de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, aussi bien à l’échelle nationale que mondiale. En mars, l’Afghanistan a ordonné le transfert des écoles à la Fondation Maarif dans le cadre d’un marchandage en vertu duquel la Turquie a accepté d’accueillir le vice-président afghan Abdul Rashid Dostum qui cherchait un lieu d’exil.

L’année dernière, peu avant la visite à Islamabad du président turc, le Pakistan a ordonné aux enseignants turcs des écoles dirigées par l’association PakTurk de quitter le pays. En octobre dernier, les autorités ont extradé Mesut Kaçmaz, le directeur de l’école, au mépris d’une décision de justice ce qui avait poussé un tribunal de Lahore d’ordonner une protection des “gülenistes” face au risque d’enlèvements.

En Géorgie, Mustafa Emre Cabuk, le principal du collège Demirel, avait été envoyé en détention le temps de l’examen de la demande d’extradition. La Malaisie avait renvoyé, en mai, à Ankara les enseignants Turgay Karaman et Ismet Özçelik ainsi que l’entrepreneur Ihsan Aslan.

Ugur Toksoy au Kosovo et Muhammet Yasir Aydogmus en Albanie risquent également le renvoi vers la Turquie.

La rédaction vous conseille

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan
Politique
279 Vues
Politique
279 Vues

Turquie : L’état d’urgence est bon pour l’économie, selon Erdogan

Rédaction - 21 avril 2018

Les milieux économiques devraient se réjouir du maintien de l'état d'urgence en Turquie parce que cela les préserve du terrorisme…

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence
International
350 Vues
International
350 Vues

Les USA “craignent” des élections inéquitables en Turquie sous l’état d’urgence

Mikail Turan - 20 avril 2018

Les Etats-Unis ont exprimé, jeudi, leur inquiétude quant à la capacité de la Turquie à tenir des élections libres et…

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus
Politique
343 Vues
Politique
343 Vues

En Turquie, deux nouveaux députés du parti pro-kurde déchus

Rédaction - 19 avril 2018

Les deux députés déchus de leur mandat jeudi sont Osman Baydemir et Selma Irmak. Cette décision fait suite à leur condamnation…